Beppe Grillo écrase Monti? Viva Italia!

Les élections italiennes marquent un tournant très clair dans la compréhension de la réalité politique par les peuples. La montée du populisme et du sentiment anti-européen gagne du terrain. Et c’est une bonne nouvelle!

Le peuple en à marre!

Le peuple en à marre!

Ces élections italiennes montrent ce que pensent réellement les peuples de leurs gouvernants 1 . Environ 60% d’entre eux croient encore que la solution viendra de la gauche ou de la droite et sont à égalité. 10% croient encore aux européistes mis en place par les marchés financiers et on peut penser que c’est le vote des ultrariches et des riches capitalistes. Et près de 30% votent pour un candidat populiste qui dit clairement les choses comme elles doivent être dites! Et comme le souligne amèrement l’Humanité, en Italie le vote communiste n’existe plus 2 . Cette imposture idéologique qu’est le communisme ne trouve plus d’écho auprès du peuple!

Un seul vainqueur: le populisme!

Ces élections ont deux conséquences immédiates intéressantes: rendre l’Italie ingouvernable 3  et donc empêcher qu’une oligarchie de droite ou de gauche prenne le pouvoir; et inquiéter tellement les marchés financiers que ceux-ci s’effondrent! 4

Le programme de Beppe Grillo est finalement assez simple à comprendre pour tous ceux qui en ont marre de servir d’esclaves aux banksters du monde entier!: Sortir de l’euro et anti-immigration 5 .

Beppe Grillo avait aussi était à l’origine du NO Berlusconi Day qui avait rencontré un succès populaire incroyable en Italie montrant ainsi combien le peuple italien en à marre de cette oligarchie corrompue et confondue avec la mafia 6 .
Son projet est vraiment d’intégrer le populisme dans la marche du pays via la démocratie participative (ça ne vous rappelle rien?) 7 ce qui est qualifié de démagogique bien entendu…

Bref ce Beppe Grillo qui peut-être qualifié de Coluche à l’italienne (paix à son âme) vient déstabiliser l’Italie et avec lui l’ensemble de l’Europe qui a absolument besoin que ce pays se conforme aux futures demandes d’austérité exigées par Bruxelles et la BCE. L’Italie ce n’est pas la Grèce ni même le Portugal ou l’Espagne, l’Italie c’est le cœur de l’Europe du sud, un partenaire européen historique. Voir ce pays gagné par l’anti-européisme est une catastrophe pour les tenants de l’euro à tout prix c’est-à-dire les marchés financiers. C’est bien pour cela qu’ils vont tenter de revoter jusqu’à qu’une majorité se dégage. Vous avez dit démocratie vous? Faut-il revoter à chaque fois que le peuple ne suit pas son oligarchie? C’est comme cela que se conçoit apparemment la démocratie en Europe depuis que Goldman Sachs est venu y faire sa loi…

A lire aussi:

Formidable poussée anti-européenne aux élections italiennes par François Asselineau UPR

Je n’ai pas voté Berlusconi… sur Alphabeta

Taggé , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *